L’examen de conscience

Posté par religieux le 21 septembre 2009

• Notre ressenti du péché est souvent inversement proportionnel à sa gravité. Ainsi, les péchés qui regardent la concupiscence de la chair nous humilient beaucoup et nous semblent les plus graves. Soyons attentifs à ce que l’arbre ne cache pas la forêt. La vanité et l’orgueil peuvent blesser beaucoup plus gravement notre relation à Dieu.

Par exemple, une parole médisante est plus destructrice que de succomber devant un chocolat, et pourtant cette parole laisse moins de traces dans notre « ressenti ».

• On confesse des actes et non pas des tendances. Dire : « Je suis paresseux » n’est pas confesser un péché, mais faire part d’une faille que nous portons en nous. Dire : « J’ai été paresseux », en citant peut-être une occasion de paresse, c’est confesser un acte qui est un péché.

Frère J.-H. A

baniere.gif

Publié dans examen de conscience | Commentaires fermés

 

UNION DES EVANGELISTES INTE... |
bornagain |
وَلْ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | EL CORAN WA EL SUNNA
| alliancewicca
| bienvrnue dans mon blog